synchronicités

 

Le temps est une mesure que l'homme utilise pour se situer à travers ses pensées et actions. C'est un repère pour recenser ses connaissances, ses rencontres, et ses apprentissages. La quantification du temps permet de situer des faits historiques favorables à un moment présent de qualité optimale. Le temps permet une cohérence dans nos apprentissages, un certain ordre. Il décrit des cycles et favorise la prévoyance de leurs impacts (ex. Déplacement des astres). Cela étant dit, tout est relatif.

 

L'instant présent demeure en dehors de notre conception du temps. Il se vit pleinement, se ressent et se partage de coeur en coeur pour nourrir l'âme. L'ici maintenant est pour moi la plus grande richesse expérimentée à ce jour sur Terre. Il donne un sens à ma vie, prévalant sur toutes mes situations existentielles. Je crois que la réalité tangible ne se mesure pas avec le temps (produit du mental), mais bien avec le coeur.

 

L'ultime but du temps est de favoriser les rendez-vous avec soi-même et les autres. Il permet l'accomplissement de tâches quelconques à un moment donné et favorise les structures et les limites. Trop souvent, l'intérêt porté au temps brime la qualité d'instants présents toujours uniques et enrichissants.

 

Tant qu'à concevoir le temps, je préfère parler d'Espace-Temps. Celui-ci permet une perception relative des choses. Je préconise le principe de synchronicité que Jung défini comme étant “l'explication (...) de perceptions extrasensorielles (télépathie, prémonitions, clairvoyance) par des phénomènes d'une sorte d'harmonie préétablie entre séries causales indépendantes malgré des éloignements dans l'espace et dans le temps`` (Piéron 1973)”. À mon sens, déceler les synchronicités permet de constater la magnificence de la vie. Elles peuvent modeler notre perception en faveur de la beauté et de la simplicité des choses. Puissions-nous prendre pleinement conscience de celles-ci.

Noémie RR,

Dimanche, le 1er novembre 2015